Indra Jatra

22/09/2010 - Pays : Népal - Imprimer ce message

La fête d’Indra Jatra est une fête hindouiste exclusivement à KTM.

22 septembre : début des festivités, hommage à Indra, apparition de la Kumari, hommage à Bhairab.

 

Indra est le dieu aryen de la pluie. Il fut capturé dans la vallée de KTM lorsqu’il dérobait une fleur pour sa mère Dagini. Il a été emprisonné jusqu’à ce que sa mère révèle son identité. Il fut alors libérer avec joie car c’était bien la première fois qu’un dieu était capturé. La fête commémore cette prouesse.

Pour les remercier de l’avoir délivrer, Dagini promis aux habitants de couvrir de rosée leurs cultures chaque matin aux cours des mois à venir et d’emmener au ciel les morts de l’année passée.

La fête d’Indra Jatra honore les défunts et rends hommage aux dieux, protecteurs des récoltes, Indra et Dagini.

Le premier jour des festivités, un immense mât est dressé à la durbar Square de KTM, devant l’Hanuman Dhoka. Celui-ci sera abattu à la fin des festivités et jeté dans la rivière.

Les portes qui cachent Seto Bhairab sont ouvertes et durant 3 jours son visage terrifiant surveille les événements.

 

Bhairab est la forme terrifiante avec des sourcils broussailleux du dieu Shiva, dieu le plus important au Népal. Il est à la fois créateur et destructeur.

Juste avant les festivités, 3 chars sont assemblés près de la maison de la Kumari. Le premier jour des festivités, en fin d’après-midi, 2 garçons représentant Ganesh et Bhairab, les 2 serviteurs de la déesse, sortent de la maison de la Kumari, ils déambulent à travers la foule puis ils prennent place chacun sur un char.

La Kumari fait ensuite son apparition , portée par ses serviteurs afin que ses pieds ne touchent pas le sol Ou marchant sur un tapis. Elle prend place sur le premier char puis ceux-ci s’ébranlent et se dirigent vers Hanuman Dhoka. Ils passent devant le balcon de l’ancien palais royal, l’ancien roi ou le président salue la déesse. Ils s’arrêtent ensuite devant Seto Bhairab, la déesse lui rend hommage et de la bière se met à couler de la bouche de Bhairab. Une gorgée de ce breuvage porte chance mais un seul attrapera le petit poisson qui nage dans l’écume.

 

La Kumari ou Kumari Devi est une déesse vivante au Népal. Cette coutume fut probablement instaurée sous le règne du dernier roi Malla de KTM vers 1750. Plusieurs légendes sont données au sujet de l’origine de cette tradition.

1ère légende : un souverain Malla aurait eu une relation sexuelle avec une jeune fille pré-pubère et elle en mourut. En pénitence, il commença à vénérer une fillette comme une déesse vivante.

2ème légende : un roi Malla jouant régulièrement aux dés avec la déesse Taleju, lui aurait fait des avances inconvenantes et elle le menaça de lui retirer sa protection. Elle se laissa toutefois attendrir et elle s’engagea à revenir sous la forme d’une petite fille.

3ème légende : une fillette aurait été possédée par la déesse Durga et bannie du royaume. La reine furieuse ordonna à son mari de la ramener et de la considérer comme une déesse vivante.

La jeune fille est choisie dans la caste des orfèvres Newar, elle doit avoir entre 4 ans et l’âge de la puberté. Elle doit présenter 32 signes distinctifs (par exemple, la couleur des yeux), son horoscope doit se révéler favorable. Et elle doit passer certaines épreuves.

Toutes les candidates répondants à tous ces critères sont rassemblées dans une pièce obscure où a été disposé 108 têtes de buffles sanguinolentes et où des hommes ayant des masques horribles viennent danser sur des sons terrifiants. Seule la fillette qui garde son sang-froid est la Kumari car la mise en scène entreprise ne peut effrayer une véritable déesse telle que l’incarnation de Durga.

La dernière épreuve consiste à choisir les vêtements et ornements portées par la dernière Kumari, l’épreuve finale comme pour déterminer le futur Dalaï Lama.

L’enfant ainsi choisi s’installe avec sa famille dans la Kumari Bahal, à côté de la Durbar Square de KTM. Elle y vit recluse, ne sortant que pour quelques cérémonies annuelles.

Son règne prends fin dès ses premières règles ou toute perte de sang accidentelle. Elle redevient une simple mortelle et on se met alors à la recherche d’une nouvelle déesse. Une dot importante lui est versé à son départ.

Mais que lui arrive-t-il après ??? On dit qu’épouser une ancienne Kumari porte malheur, superstition ou crainte d’épouser une femme trop capricieuse ??????

 

 

Note: 1/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Vanessa Tsering Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.